fbpx

Panama Papers : Messi et Platini impliqués dans le scandale d’évasion fiscale

Parmi les 140 personnalités citées dans les fichiers révélés dans l’affaire Panama Papers figurent les noms de Lionel Messi et Michel Platini. Mais pourquoi l’attaquant du Barça et le président de l’UEFA apparaissent-ils dans cette affaire d’évasion fiscale ? Explications.

 

Dimanche, un tremblement de terre a secoué la planète : au cours d’une enquête menée par 107 médias partenaires dont le Monde, des informations inédites ont permis de mettre la lumière sur le monde opaque de la finance offshore et les paradis fiscaux. Les “Panama papers” révèlent qu’outre des milliers d’anonymes, de nombreux chefs d’état et leur proches (l’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, le maire de Levallois Patrick Balkany, des proches de Vladimir Poutine), des milliardaires, des grands noms du sport et des célébrités (l’acteur Jackie Chan, le cinéaste Pedro Almodovar)  ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs.

 

Au total, 140 personnalités internationales sont impliquées dans cette affaire d’évasion fiscale. Parmi ces noms, celui de Michel Platini et Lionel Messi, déjà impliqués dans des affaires douteuses. Mais qu’ont à se reprocher le président de l’UEFA suspendu et l’attaquant du Barça ?

Concernant Lionel Messi, il convient de rappeler que le quadruple ballon d’or et son père, Jorge ont été poursuivis pour avoir détourné 4,1 millions de droit d’images, par la création de sociétés fictives au Belize et en Uruguay, des paradis fiscaux. Une procédure qui s’est soldée, en octobre 2015, par la condamnation du père du footballeur à une peine de prison. Le parquet n’avait requis que le renvoi du paternel de Messi, affirmant que le joueur faisait « une confiance aveugle » en son père à qui il avait toujours laissé gérer ses affaires.

Mais avec les révélations des Panama Papers, le footballeur argentin pourrait à nouveau être dans la tourmente : on apprend qu’il aurait ouvert, avec son père, une société toujours active, La Mega Star Enterprises, créée dix jours seulement après l’ouverture des poursuites pour fraude fiscale par la justice espagnole, en juin 2013. Si Jorge demeure le seul actionnaire, la signature de Lionel Messi apparaît pourtant dans la demande de création de la société.

Selon El Mundo Deportivo, Lionel Messi devrait publier un démenti dans la journée et pourrait aussi porter plainte contre le journal El Confidencial et la chaîne La Sexta, qui ont diffusé l’enquête en Espagne.

 

Les divulgations de l’affaire Panama Papers ne vont également pas arranger les histoires de Michel Platini, le président de l’UEFA, suspendu huit ans pour “abus de position”, “conflit d’intérêts” et “gestion déloyale”. Plus habitué à jouer en attaque, l’ancien footballeur va devoir une nouvelle fois monter sa défense dans cette affaire d’évasion fiscale. Ainsi, le Monde révèle que le principal intéressé se serait appuyé sur les avocats de Mossack Fonseca (la société basée au Panama par laquelle le scandale arrive) pour avoir “le pouvoir général et permanent” fin 2007, d’une société offshore (toujours active) nommée Balney Enterprises Corp, qui détient un compte en Suisse.

Via un communiqué de presse, Michel Platini a tenu à faire savoir que “l’intégralité de ses comptes et avoirs sont connus de l’administration fiscale suisse, pays dont il est résident fiscal depuis 2007″. Contactée, la banque Eric Sturdza n’a pu « répondre » aux questions sur ce « dossier très sensible ».

 

Pour comprendre en 3 minutes le système complexe des sociétés offshore mis à jour par les Panama Papers, découvrez la vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *