Nathalie Marquay-Pernaut : « Beaucoup de gens me disent : ‘Tu es jeune, tu vas refaire ta vie’. Mais moi, je n’en ai pas envie, laissez-moi tranquille ! »

07 janvier, 2024 / Jerome Goulon

En ce mois de janvier 2024, Nathalie Marquay-Pernaut publie son nouveau livre, Un signe de toi, aux éditions Guy Trédaniel. Dans cet ouvrage très émouvant, elle fait le récit de la mort de son mari, Jean-Pierre Pernaut, survenu le 2 mars 2022, raconte l’expérience du deuil et relate également tous les signes qui lui font penser que l’ex-personnalité télévisuelle préférée des Français n’est jamais très loin d’elle. À l’occasion de la sortie de son livre, Nathalie Marquay-Pernaut se livre pour Entrevue. Une interview à retrouver en intégralité dans le nouveau numéro, en vente cette semaine…

Entrevue : Bonjour Nathalie. Vous publiez un nouveau livre, dans lequel vous livrez un témoignage poignant sur votre histoire d’amour avec Jean-Pierre Pernaut. Qu’est-ce qui a motivé  son écriture ?
Nathalie Marquay-Pernaut : J’avais déjà écrit un livre en 2021, Moi, j’y crois, qui avait eu beaucoup de succès et dans lequel je m’étais livré sur la relation très forte qui me lie à mes âmes, mes anges gardiens et mes guides. Jean-Pierre l’avait lu, et même s’il n’y croyait pas chaque jour, il l’avait beaucoup aimé. C’était un homme très terre à terre, mais lorsque le matin, je lui racontais des prémonitions que j’avais eues pendant la nuit, il n’en revenait pas de voir toutes ces choses se produire. Quand il était malade à l’hôpital, je lui avais demandé : « Tu sais, si tu étais amené à partir, s’il te plait, tu me feras des signes ? » Ça l’avait fait rire, mais moi pas, alors je lui avais dit : « Non, vraiment, tu me feras des signes, sinon, je te chatouillerai les doigts de pieds ! » Il m’avait répondu : « Oh, non pas les doigts pieds ! » Oui, Jean-Pierre était très chatouilleux des doigts de pieds ! ( Rires )

Il semblerait qu’il vous ait écoutée…
Oui, je crois que cette douce menace a été entendue. Après son décès, Jean-Pierre m’a fait des centaines de signes, à moi et à mes proches. J’en ai eu devant témoins, j’en ai filmé, et d’autres plus en secret. Ainsi, à force de signes, ce nouveau livre s’est imposé à moi.

C’était important pour vous ?
Oui, il était important pour moi, pour Jean-Pierre, pour ce qu’il avait traversé et pour tout son courage, de rétablir la vérité sur les causes de sa mort, face à tous les mensonges qui ont pu être dits. Il est essentiel de révéler que Jean-Pierre n’est pas mort du cancer ! Il a toujours dit : « Oui, j’ai un cancer, mais on peut en guérir !». Jean-Pierre n’est pas mort du cancer, mais bel et bien des suites d’une thrombose et de 13 AVC. J’en profite pour dire que je suis très fière de Florent Pagny, qui suit le même trajet que Jean-Pierre, et je suis bien heureuse de voir qu’il s’en sort. Florent est un homme d’une grande force.

Vous parliez de signes. Pouvez-vous nous donner un exemple ?
Après la mort de Jean-Pierre, je me suis rendue au séminaire de Céline Franoux, une célèbre médium qui communique avec les âmes. Juste avant d’y aller, j’avais dit à l’âme de Jean Pierre : « Je ne pense pas te rejoindre tout de suite. Quand je te rejoindrai, je serai devenue toute vieille et toute ridée, tu vas me trouver super moche, j’espère que tu me voudras encore… ». Puis je me suis rendu au séminaire, dans une salle de 500 personnes, et elle a dit : « Ah, il y a Jean-Pierre Pernaut dans la salle. Il me dit ne pas vous inquiéter, que même toute ridée, vous serez encore dans son cœur et que vous serez toujours la plus jolie. » Il y a des mots qui ne trompent pas, la vie continue bel et bien après la mort. Le scepticisme n’appartient qu’aux sceptiques. Moi, j’y crois !

Retrouvez la suite et l’intégralité de cette interview dans le nouveau numéro d’Entrevue, en vente cette semaine…